L'actualité du DLA Régional

17/08/2016 - L'accompagnement Pro Bono

Le pro bono signifie en latin «pour le bien public». Il désigne l’engagement volontaire de ses compétences professionnelles pour le bien public.

Depuis les années 1970, des professionnels du monde entier partagent leurs compétences en stratégie, finance, marketing, communication, ressources humaines, web ou encore droit pour aider gratuitement les associations qui n’ont pas les moyens d’accéder à ces services. Le pro bono s’étend bien au-delà du domaine juridique Le pro bono désigne ainsi l’engagement de volontaires qui donnent du sens à leur métier en servant l’intérêt général.

Le bénévolat et le mécénat de compétences sont donc considérés comme des pratiques pro bono ; mais le concept dépasse aussi ces pratiques et pose la question du rôle de la société civile dans la construction de l’intérêt général. A l’origine, le pro bono s’est développé dans le domaine juridique. L’activité pro bono des avocats consistait à donner gratuitement des conseils à des individus qui n’avaient pas les moyens d’accéder aux services d’un avocat. Depuis, le partage de compétences avec des personnes qui n’y ont pas accès s’est étendu aux autres professions.

Les bénéfices du pro bono sont nombreux Le pro bono bénéficie soit à un organisme d’intérêt général soit à un individu défavorisé. Le pro bono apporte des solutions aux défis nouveaux que les associations doivent relever :

- Besoins en compétences de plus en plus pointues : pression sociétale, multiplications des demandes d’aide, complexification des conditions, intensification de la législation

- Pression sur la performance et réduction des moyens : baisse des subventions privées due à la crise et désengagement de l’État, concurrence accrue entre les associations

- Évolution structurelle du bénévolat : bénévoles réguliers moins nombreux, engagement plus ponctuel. Le volontaire peut s’engager en tant que bénévole ou salarié. Dans tous les cas, le pro bono lui permet de : Répondre à sa quête de sens : motivation citée par 76% des bénévoles, afin de trouver dans son activité un épanouissement personnel motivant

- Aiguiser son expertise professionnelle et/ou ses compétences personnelles : leadership, esprit d’équipe, capacité d’adaptation, de négociation, résolution de conflits, d’innovation, etc. Elargir son réseau en intégrant une équipe et en rencontrant des personnes d’un univers différent et/ou dans un cadre inhabituel

- Gagner confiance en lui/elle. Lorsqu’elle impulse ou organise un programme pro bono, le rôle de l’entreprise est déterminant, puisque c’est de la qualité du management des projets pro bono et de la gestion des ressources humaines impliquées que dépend l’impact social et business du programme.

Le pro bono permet alors d’agir sur quatre piliers de la performance de l’entreprise : Gestion des ressources humaines :

- motivation, cohésion interne, gestion des compétences et des carrières, attraction et rétention des talents

- Image et réputation : attirer l’attention sur des valeurs positives et attractives, communiquer autour d’une politique de RSE (responsabilité sociale de l’entreprise) efficace et intelligente

- Ancrage territorial : créer des impacts positifs dans son environnement local, favoriser l’acceptation de ses activités et être reconnu au sein d’une communauté

- Anticipation et innovation : utiliser ses compétences sous des contraintes inhabituelles invite à adopter un regard neuf et pousse à l’ingéniosité, à l’économie et à l’anticipation, véritables leviers d’innovation.

A voir également...

http://cresca.fr/un-marathon-pro-bono-en-champagne-ardenne/#more-9957